Même un an et demi après son lancement, VIAC continue d’enregistrer une croissance sans limite. Au premier trimestre de 2019, la croissance d’argent frais a été trois fois plus élevée qu’à la même période l’an dernier.

Avec plus de 11’000 clients actifs et 160 millions de francs d’actifs sous gestion, VIAC est l’une des Fintechs les plus dynamiques de Suisse. Même en comparaison avec les grands modèles américains et européens, il n’y a pas besoin de se cacher. Ceci en l’occurrence, pour une offre qui se limite actuellement à une solution de prévoyance par smartphone pour le pilier 3a en Suisse.

Notamment en raison de la bonne croissance, l’offre sera encore élargie. Depuis la mi-mai, il est possible d’épargner auprès de VIAC non seulement via une application, mais aussi sur un PC ou sur une tablette. Cette étape ouvre un nouveau segment de clientèle et jette les bases d’une expansion future. L’objectif est d’offrir, vers la fin de l’année, une solution de libre passage qui élargira systématiquement le cercle des clients potentiels dans le domaine de la prévoyance. “Les avoirs de libre passage sont nettement supérieurs à ceux du pilier 3a – les nombreux zéros n’auraient plus de place sur le smartphone”, explique Daniel Peter en plaisantant sur les raisons du lancement de la version web.

Au départ, l’idée d’un pilier 3a basé sur un smartphone avait été ridiculisée par certains acteurs du marché. C’est facile à comprendre, car le chemin d’accès commençant par une application suivie de la version web est encore inhabituel. Daniel Peter, responsable du VIAC, répond à cette question comme suit : “Nous avons consciemment choisi le chemin inverse. La taille de l’écran d’un smartphone est un défi majeur pour présenter de manière simple et compréhensible un sujet aussi complexe que la prévoyance professionnelle dans le pilier 3a.” Parce que le contenu doit être réduit à l’information la plus importante et qu’il doit être possible de l’utiliser facilement via un smartphone, a poursuivi Daniel Peter. “Ici, nous avons consciemment pris des risques, mais nous étions convaincus que les services bancaires mobiles seraient l’avenir.”

Actuellement, le client moyen de VIAC est un homme de 38 ans et gère CHF 14’000 via l’application. Ce montant est inférieur à celui d’autres offres, mais il est à noter que le seuil d’entrée pour VIAC, n’est que d’un franc, soit aussi 5000 fois inférieur. Mais VIAC est aussi populaire auprès des plus anciens. La clientèle “la plus âgée” est dans la 69ème année! L’objectif de l’équipe fondatrice a donc toujours été de supprimer les obstacles et de créer une solution de retraite pour les jeunes et les moins jeunes. Il est également très gratifiant de constater que la proportion de femmes parmi les clients a augmenté ces derniers mois et s’élève actuellement à 23 pour cent avec un potentiel de hausse.