A l’âge de la retraite, tu reçois ta rente AVS (le 1er pilier) et la rente de ta caisse de retraite (le 2e pilier). Ces deux rentes additionnées ont pour objectif de couvrir actuellement environ 60% de ton dernier salaire. Il va donc te manquer une bonne partie de ton dernier revenu si tu veux maintenir ton train de vie habituel après le départ à la retraite!

Plusieurs études prédisent en sus une contraction de la couverture vieillesse de 60% à 45% au cours de ces dix prochaines années. Admettons que tu veuilles maintenir ton train de vie après le début de la retraite: tu grignoteras forcément tes économies. Les spécialistes parlent dans leur jargon de «lacune de prévoyance»: c’est l’écart qui se creuse entre la couverture vieillesse et ton dernier salaire. Par ailleurs, on sous-estime souvent la charge fiscale qui a tendance à s’alourdir pour les personnes âgées du fait qu’elles ne peuvent plus appliquer certaines déductions fiscales.

Exemple: tu reçois un salaire annuel de CHF 100’000 avant la retraite. Aujourd’hui, tu peux encore escompter une rente d’environ CHF 60’000. Mais ce montant va rapidement se tasser pour deux raisons: l’évolution démographique et la baisse des taux d’intérêt. Le premier facteur est lié à l’espérance de vie en hausse et au déséquilibre démographique induit par le vieillissement de la population. Le second est lié au fait que les caisses de retraite dépendent très largement du marché des obligations. Cela signifie pour toi une rente (forcément) limée à environ CHF 45’000.

Comment réagir?

Tu dois combler la lacune de prévoyance par tes propres moyens. Il y a plusieurs possibilités. L’épargne privée tout d’abord: il s’agit de l’argent que tu mets de côté librement. C’est ce qu’on appelle le pilier 3b. L’épargne privée inclut par exemple les comptes d’épargne, les dépôts de titres ou les investissements immobiliers. Ces valeurs ou ces investissements peuvent être mobilisés en tout temps pour être transférés sur d’autres projets privés (p. ex. des vacances, une nouvelle voiture, etc.).

A côté de l’épargne privée, il existe l’épargne liée*. C’est ce qu’on appelle le pilier 3a. Il s’agit d’une épargne encouragée par l’Etat. Les économies versées sur le pilier 3a peuvent être directement déduites du revenu. Les avoirs du pilier 3a ne sont pas soumis à l’impôt sur la fortune et les revenus courants tels qu’intérêts ou dividendes sont entièrement défiscalisés. La Confédération a mis en place ce dispositif pour encourager la population suisse à consolider sa prévoyance vieillesse à travers le 3e pilier. Economiser sur le pilier 3a, c’est la solution la plus efficace pour développer sa prévoyance vieillesse.

* Le «pilier 3a lié» signifie que les économies versées sur ce pilier ne peuvent pas être mobilisées avant l’âge ordinaire de la retraite AVS, sauf dans les cas très restrictifs suivants:

  • atteinte de l’âge ordinaire de la retraite AVS (possible dans les 5 ans qui précèdent)
  • aide au financement de l’habitation en propriété privée
  • rachats en faveur de la caisse de retraite
  • démarrage d’une activité indépendante
  • émigration définitive
  • invalidité et décès