Pour le troisième pilier, le retrait de l’avoir de prévoyance est imposé. Comme l’imposition est progressive, le taux d’imposition en pourcentage augmente avec l‘importance du capital de retraite. C’est pourquoi il vaut la peine de répartir votre avoir de prévoyance sur jusqu’à cinq comptes afin de permettre des retraits échelonnés.

Le retrait de l’avoir du pilier 3a doit être effectué au plus tôt cinq ans avant d’atteindre l’âge normal de la retraite. Cela signifie que si on a plusieurs relations 3a, on peut mettre fin à une seule relation séparément chaque année jusqu’à la retraite. Au lieu d’avoir un solde créditeur important une seule fois, on peut, par exemple, tirer quatre fois un quart et bénéficier ainsi de taux d’imposition plus bas. L’exemple suivant illustre cet effet:

Dans l’exemple, le preneur de prévoyance verse le montant maximal de 6’826 CHF sur le compte A pendant 10 ans et répète ensuite la procédure pour les comptes B, C et D. Après 40 ans, il a quatre comptes de CHF 68’260 chacun, soit un total de CHF 273’040 (sans intérêts). Si la totalité des avoirs est retirée en une année, le taux d’imposition dans l’exemple est de CHF 21’103. Si, par contre, les avoirs sont retirés par étapes sur quatre ans, le taux d’imposition total n’est que de CHF 13’280 (hypothèse: célibataire, homme sans enfants et réformé résidant dans le canton de Zurich). La simple division en quatre comptes se traduit donc par un avantage fiscal d’environ 7’823 francs.

Plus le capital de prévoyance accumulé est élevé, plus la différence est importante. Si nous supposons un rendement moyen de 5% par année dans le même exemple, nous obtenons la comparaison suivante:

Les dépôts sont effectués sur les quatre comptes l’un après l’autre. En raison de l’effet de rendement et de l’intérêt composé, le capital épargné s’élève à CHF 865’808, le premier compte croît le plus rapidement en raison de l’horizon de placement plus long et du rendement et de l’intérêt composé plus élevés qui en découlent ! L’avantage fiscal dû au retrait échelonné sur quatre ans s’élève même à CHF 68’433!

Si tu veux optimiser encore plus tes paiements, tu peux les répartir de manière égale sur les quatre comptes dès le départ. Ceci présente l’avantage que les comptes individuels ont le même horizon d’investissement et donc la même performance. Tous les comptes ont alors la même taille (ou une taille similaire) lorsqu’ils sont tirés et imposés, ce qui signifie que l’imposition progressive peut être contrée de la meilleure façon possible.

L’avantage fiscal, s’il est réparti de manière égale, s’élève à CHF 82’019 au total!

Conclusion
L’exemple ci-dessus montre donc deux choses. Tout d’abord, il est judicieux de répartir les paiements entre différents portefeuilles afin de permettre des retraits échelonnés quand ou vers la retraite. Deuxièmement, il est toutefois important de se demander si, en particulier dans le cas des stratégies fondées sur les actions, les paiements devraient être répartis de manière égale entre les différents portefeuilles dès le départ afin de tirer efficacement parti de pots de même taille. Le plus grand potentiel d’optimisation réside donc dans la répartition égale de tous les paiements entre cinq portefeuilles différents dès le départ.

Avec VIAC, c’est possible sans aucun problème. Tu peux ouvrir jusqu’à cinq portefeuilles directement dans l’application et dans un temps très court. Celles-ci sont considérées comme des relations 3a indépendantes et peuvent être retirées à des âges différents.