Le niveau général des intérêts est actuellement très bas. Nous renonçons par conséquent aux obligations pour des raisons de coûts et de risques. Le rendement des obligations dépend étroitement du niveau des intérêts. Lorsque les intérêts sont au plus bas, voire négatifs, on entre dans une zone où les coûts occasionnés (commission du proposant et frais de gestion des produits) peuvent dépasser le rendement des obligations, d’où le risque d’un rendement net négatif. De plus, si le niveau des intérêts devait se redresser un jour, les obligations risquent d’être affectées par des pertes d’évaluation. Ces raisons nous amènent à la conclusion qu’à l’heure actuelle, le compte à intérêt positif est la meilleure solution pour nos clients.

Eviter les frais de gestion, c’est assurer un rendement positif à nos clients tout en contournant les risques de variation des taux d’intérêt. Actuellement, nous rémunérons le compte VIAC à 0.15% d’intérêt, soit légèrement moins que le «compte Terzo» classique. Cette solution négociée avec la Banque WIR est idéale, parce qu’elle avantage tous les acteurs. Pour la Banque WIR, c’est l’occasion de réunir des capitaux à bon prix. Pour nous, c’est le moyen d’assurer un rendement positif à nos clients. Tout le monde y gagne!